Les suppléments de NMN améliorent les fonctions musculaires

Les suppléments de nicotinamide mononucléotide (NMN) sont efficaces pour améliorer la mobilité et les fonctions musculaires chez les personnes âgées. Plusieurs études animales ont montré que la prise de la molécule précurseur (NMN) peut augmenter de manière significative le niveau de nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+) dans l'organisme. En outre, le déclin du NAD+ lié à l'âge peut entraîner plusieurs problèmes de santé, notamment des maladies métaboliques, neurodégénératives et cardiovasculaires, ainsi qu'une réduction des fonctions musculaires.

Une étude a donc été menée par Yamauchi et ses collègues de l'Université de Tokyo pour savoir si les suppléments de NMN permettent d'améliorer les conditions liées à l'âge chez l'homme ? Voyons comment l'étude a été menée et quelles sont ses conclusions.

Les suppléments de NMN améliorent les fonctions musculaires

Les suppléments de NMN sont-ils bien tolérés ?

Avant de vérifier l'efficacité de la NMN contre la faiblesse musculaire, on a d'abord déterminé son innocuité. L'équipe de recherche a effectué des tests sanguins courants, qui indiquent la toxicité, tels que les marqueurs des fonctions rénales et des enzymes hépatiques après une prise quotidienne de NMN pendant douze semaines. Et les résultats des tests de laboratoire n'ont révélé aucun changement, ce qui montre que les compléments de NMN sont sûrs et bien tolérés.

Le NMN oral augmente les niveaux de NAD+.

Plusieurs études antérieures ont montré que l'administration orale de NMN peut augmenter de manière significative les niveaux de NAD+ chez les rats âgés et que ces niveaux accrus améliorent les conditions de santé associées. Pour vérifier le même effet chez l'homme, les chercheurs ont administré du NMN à des hommes âgés pendant 12 semaines. Selon Yamauchi et ses collègues, il s'agit de la première étude qui rapporte que la prise orale de suppléments de NMN est efficace pour améliorer les métabolites NAD+ dans le sang humain.

Une analyse plus approfondie a montré que les suppléments de NMN augmentent le métabolisme du NAD+ en améliorant la conversion du NMN en NAD+ et la conversion d'autres métabolites du NMN en NAD+ par une voie spéciale de synthèse du NAD+ (communément appelée voie de novo). Ces résultats ont également montré que le NMN favorise la synthèse du NAD+ en activant plusieurs voies de biosynthèse du NAD+.

 

La figure (A) montre une nette augmentation des taux sanguins de NMN par rapport au placebo, tandis que la figure (B) montre une augmentation des taux sanguins de NAD.

Figure 1 : La prise quotidienne de suppléments de NMN pendant 12 semaines améliore significativement les niveaux sanguins de NAD+ et de NMN. La figure (A) montre une nette augmentation des taux sanguins de NMN par rapport au placebo, tandis que la figure (B) montre une augmentation des taux sanguins de NAD. Les suppléments de NMN améliorent les fonctions musculaires.
 

Le NMN augmente la performance musculaire chez les hommes de 65 ans et plus

Pour vérifier si le niveau de NAD induit par la NMN améliore les fonctions corporelles, les chercheurs ont testé les performances et la force musculaires. Les résultats ont montré que la prise quotidienne de 250 mg de NMN est sûre, bien tolérée et améliore la force musculaire en augmentant la force de préhension, la vitesse de marche et le nombre de fois où une personne se lève d'une chaise pendant trente secondes.

Conclusion

Les résultats de l'étude suggèrent que la supplémentation de 250 mg par jour de NMN pendant 12 semaines chez des adultes plus âgés est bien tolérée, sûre et qu'elle entraîne une augmentation significative des métabolites NAD+ dans le sang. En outre, elle améliore les performances et la force musculaires.

 

Références


1. https://assets.researchsquare.com/files/rs-455083/v1_covered.pdf


2. https://www.nmn.com/news/12-weeks-of-nmn-supplementation-improves-muscle-function


3. https://www.researchsquare.com/article/rs-455083/v1


4. https://www.nmn.com/news/metabolic-benefits-of-nmn-shown-for-first-time-in-humans